x

Des ateliers pour devenir « papa »

Et si ça s’apprenait, la paternité ? Des stages enseignent aux futurs pères à prendre soin de leur bébé dès la naissance. Une façon de prendre confiance, de s’impliquer et de partager avec la maman ces « délicieux » moments.

 

 

Ce n’est pas toujours simple de devenir maman, alors devenir papa ! Pendant 9 mois, ils nous ont regardé nous arrondir, sans vraiment réaliser ce qui les attendait. Et puis, un beau jour, les voilà père à leur tour. Pour certains, c’est le vertige. Mayday, Mayday… Comment tenir cette petite chose ? Comment ne pas avoir peur de la casser ? Comment la consoler si elle hurle ? Tout simplement, comment trouver sa place ? Et si ça s’apprenait ?

Les bons réflexes

On parle souvent de l’instinct maternel. Mais quand est-il des papas ? Pour les aider à faire leurs premiers pas dans la parentalité, Gilles Vaquier de Labaume, a imaginé des ateliers pratiques spécialement conçus pour eux. « Pendant 9 mois, personne ne s’est adressé à eux. Ils ont vécu la grossesse avec leurs doutes et leurs interrogations. Ces stages permettent de créer un lien avec l’enfant dès la naissance, assure ce passionné de la petite enfance. Ils vont apprendre les bons gestes, les bons réflexes, ceux qui leur donneront confiance en eux. »

Et d’ajouter : « Les hommes d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’hier. » En effet, désormais, ces derniers prennent très à cœur leur rôle de papa et sont prêts à s’investir dès les premiers jours de leur enfant. Une envie de bien faire sans vraiment savoir comment. Et c’est précisément là, que notre expert intervient. Comme s’il leur donnait un « mode d’emploi ».

Tout est parti d’un « drame heureux », comme il le raconte avec son charmant accent du sud. Comprendre un drame qui finit bien. « À 9 mois, ma petite fille a fait une grave chute dans un escalier. Cela a été terrible et j’ai beaucoup réfléchi, je n’avais pas été capable d’empêcher cela… »

Meilleure répartition des rôles

Il lance alors une formation axée sur la santé et la sécurité pour les papas. Puis, il passe un CAP de la petite enfance et un diplôme de formateur en discipline positive. Il laisse son métier de formateur pharmaceutique qu’il exerce depuis 10 ans, et fonde une école pour les papas en 2015.

Lui-même père de trois enfants, Gilles s’est basé sur son expérience personnelle, ses réussites, ses loupés et sur les besoins des quelques 2 500 papas qu’il a formés pour peaufiner sa méthode. Autant dire qu’elle est au point. Son but : « l’harmonie familiale à travers une meilleure répartition des rôles en post-natal ». On valide !

Dans la bonne humeur

Deux options sont proposées, toutes concernant des enfants de 0 à 3 ans : une formule courte (45 €) sur 2 heures les vendredis soirs de 18h30 à 20h30 où les papas apprendront les premiers gestes du quotidien. Le bain, les soins d’hygiène et les règles de sécurité. Et une formule sur une journée (un samedi). Là, il sera question des clés de la paternité. Des premiers gestes aux risques domestiques en passant par les astuces d’une communication bienveillante et les questions liés au couple (ou comment en rester un).

Gilles a une approche pédagogique fun et décomplexée, loin du stage théorique ennuyeux. Ici, on devient papa dans la bonne humeur !

Et pour prolonger chez soi ce travail ou pour s’en inspirer, notre «dad teacher » livre ses nombreux conseils dans un livre, tout juste sorti, Nouveaux Papas, les clés de l’éducation positive (éd.Leduc.s). Un ouvrage écrit par un homme, pour les hommes et préfacé par Isabelle Filliozat, psychothérapeute, grande spécialiste de la petite enfance et de l’éducation bienveillante. Définitivement un super papa !

HC